JAMES Phyllis Dorothy - La mort s'invite à Pemberley


Pemberley House. Octobre 1803. Tandis que les préparatifs du bal annuel de Lady Anne s'organisent chez Elizabeth et Darcy, d'étranges transactions ont lieu non loin de là, autour du cottage où vit la famille Bidwell dont la famille du père est au service des Darcy depuis des générations. L'arrivée inopinée de Lydia et Wickam accompagnés du meilleur ami de ce dernier depuis le temps de leur vie militaire va précipiter un drame : le pauvre capitaine Denny est en effet retrouvé mort d'un coup mortel porté à la tête dans le bois de Darcy. Très vite Wickam est accusé de ce crime en l'absence d'autre coupable et sans indice contradictoire bien que celui-ci clame son innocence. Les Darcy n'en n'ont pas encore fini avec le scandale qu'apporte Wickam à cause de son penchant immodéré envers la gent féminine !
La veille du bal, le diner fut servi à dix-huit heures trente, comme il était de mise dans la haute société, mais lorsque les convives étaient peu nombreux, on dressait généralement le couvert dans la petite pièce contigüe à la grande salle à manger, où huit personnes pouvaient prendre confortablement place autour de la table ronde. (p.68) 
PD James prend la liberté d'inventer une vie à certains personnages des romans de Jane Austen et c'est vers un roman légèrement "policier" que son intrigue nous entraîne.
Lizzie et Darcy d'Orgueils et Préjugés ont deux garçons et vivent non loin des Bingley (la famille de la soeur Jane). Nous sommes 6 ans après les faits du roman austenien et l'on apprend avec beaucoup d'humour ce que sont devenus les protagonistes, et, plus insolite encore, l'auteur nous fait l'honneur de la visite sympatique quoique indirecte car leurs noms sont évoqués au détour de passages anecdotiques d'Emma et son mari Knightley (roman Emma) ou encore d'Anne Eliot et son cher Capitaine Wentworth devenu amiral ! sans oublier Harriet Smith, Sir Walter Elliot (roman Persuasion). L'intrigue policière en elle-même est maigre car il n'y a pas d'enquête avec un policier en bonne et due forme, il est plutôt question d'une première justice rendue par un magistrat local, puis d'un autre procès londonien dans l'illustre tribunal du Old Bailey. Le lecteur intéressé aura peut-être envie de (re)lire Jane Austen, de voir l'adaptation télévisée (assez bien tournée ma foi) de ce roman ou encore de découvrir une excellente série Garrow's law qui se situe à la même époque au Old Bailey. Une lecture plaisante malgré un style qui ne me permet de m'exclamer sur le bonheur de lire certains passages, une impression sans doute due au fait que les personnages n'appartiennent pas vraiment à PD James...ni l'époque, j'avais par certains endroits l'impression de lire un article sur Wikipedia ou en tout cas j'ai trouvé certains passages un peu trop artificiels comme s'il avait fallu les raboter pour qu'ils s'adaptent à un roman d'époque mais écrit par une contemporaine.


titre original : Death Comes to Pemberley
année sortie 2011
édition française en 2012 chez FAYARD
420 pages
traduction de l'anglais par Odile DEMANGE
illustration d'entrée de billet : Old bailey en 1808 par Thomas Rowlandson et Augustus Pugin


Autres liens en rapport avec ce billet (vers mes autres sites)

des lectures :
Orgueil et Préjugés de Jane Austen
Emma de Jane Austen
Persuasion de Jane Austen

ou sur un écran avec :
Death comes to Pemberley (feuilleton BBC 2013, adaptation d'un roman de P.D. James qui imagine une suite à P&P)
Garrow's law (BBC 2009)

Leave a Reply

Merci pour votre contribution à ce carnet de lectures (la modération des commentaires est activée pour les anciens articles)